Archives de la catégorie scienligion

Scienligion : l’hybride entre science et religion

En Mars 2006 je publiais un texte sur la SCIENLIGION, mot-valise formé par science et religion.

Je reprends ici le texte d’origine, légèrement tronqué, pour lui attribuer une licence Creative Commons CC-by 3.0 et m’éviter à fournir des autorisations d’utilisation si des longues citations sont prévues, quel que soit le support, parchemin, papier, électronique, etc. Ceci vient avec mes remerciements aux éditeurs chatouilleux sur les droits d’auteur !
Et mes remerciements à ceux qui trouvent le concept intéressant et veulent bien me citer 😉
La troncature est expliquée par le fait qu’aujourd’hui je veux bien donner des exemples concrets du genre: la John Templeton Foundation par exemple et ses mignons. Je reviendrai pour une mise à jour quand je trouverai un peu de temps 😉

Lire la suite »

Publicités

, ,

Poster un commentaire

« Spiritual » atheists explained

« Spiritual » atheists explained, by Sigmund at Jerry Coyne’s WEIT. Where Elaine Ecklund and the John Templeton Foundation are discussed. Great analysis of Ecklund’s efforts to create the illusion of spiritual atheists.

Poster un commentaire

beggars and the scienligion model for business

12976E85-71DD-45C8-BE3C-2601B2B32C6A.jpg

,

Poster un commentaire

Questioning the Integrity of the John Templeton Foundation

Questioning the Integrity of the John Templeton Foundation

Sunny Bains

http://www.epjournal.net – 2011. 9(1): 92-11 pdf link

« La science en otage » serait un très beau titre pour décrire les activités de la JTF, c’est peut-être pour ça que Staune l’a choisi pour son dernier bouquin ?

Introduction

In the last few years, the John Templeton Foundation has garnered substantial attention by advertising in many of the US and UK’s most prestigious scholarly magazines and journals. These advertisements have showcased debates on what the Foundation describes as the “Big Questions,” some of which have a scientific theme. Various scientists, philosophers, and theologians have been paid to offer their answers to these questions.

This pronounced visibility has led many scientists and academics to wonder about the Foundation and how it operates. One of its stated goals is to forge a closer relationship between religion and science. To many scientists, this is anathema. They see religion and science as fundamentally incompatible and, therefore, that any relationship between them could only be built on dishonesty or ignorance. To others, the goal is laudable: Some scientists welcome the assistance as they attempt to reconcile their personal religious beliefs with their scientific understanding. To still others, religious or not, any science funding (part of the work of the Foundation involves providing grants for scientific research), from whatever source, is welcome.

For many who do not have a problem with the science/religion agenda of the Foundation, the issue is then one of integrity. Is the Foundation what it says it is? Are its stated goals and its actual goals the same (as judged by who and what it funds)? Does it operate in a transparent and non-corrupt way?

In this commentary, I consider five issues that suggest that the John Templeton Foundation is not what it represents itself to be:

  1. The Foundation began as an overtly pro-religious organization. It has since changed its stated aims and goals, and their presentation, in a way that seems calculated to make them appear more “open-minded.” Nevertheless, the Foundation’s agenda—based on its actual activities—seems to have remained the same.
  2. The Foundation’s organizational structure and the awarding of its prizes appears to be rife with cronyism.
  3. Respondents to the Foundation’s “Big Questions” (at least those questions with clear links to science) are disproportionately Foundation advisors and grantees, and yet it is implied that they represent a balance in responses.
  4. The Foundation finances prestigious external organizations to run its activities, often without making the participants and/or audience aware of who provided the funding.
  5. The Foundation and its current chairman, John (Jack) Marks Templeton, Jr., have a history of funding what could be seen as anti-science activities and groups (particularly concerning climate-change and stemcell research).

Poster un commentaire

Daniel C. Dennett on What Should Replace Religions?

Poster un commentaire

créationniste comme Francis Collins [fr]

La discussion dans les commentaires de Biologos n’est pas nouvelle, mais je n’arrivais pas à mettre a main dessus. Mes requêtes étaient mal formulées. En faisant le tour de certains textes de Giberson j’ai fini par tomber dessus, et je pense que ceux qui gobent les distorsions des termes du créationniste Jean Staune, créationniste comme l’actuel directeur des NIH, Francis Collins, apprécieront ces informations venant de la source, la fondation de Francis Collins, Biologos.

Lire la suite »

, , , , , ,

6 Commentaires

Robert Lanza: Streisand effect engaged

What Happens When You Die? Evidence Suggests Time Simply Reboots, by Robert Lanza, M.D., Scientist, Theoretician, triggered more reactions than other posts of Robert Lanza, such as « Is There a God or Is There Nothingness? New Scientific Paradigm » or « Why You’re Alive and Can Never Die: The Larger Scientific Picture ». Or Robert Lanza‘s « Biocentrism: How Life and Consciousness Are the Keys to Understanding the True Nature of the Universe » book, where Robert Lanza lays out his theory of everything.

I wonder why?

Anyway, Lanza is not happy with it and he wrote to demand to take down posts critic to his stance, addressing Seed Media. That’s a stupid thing to do, as much stupid as writing letters to vice chancellors of academic affairs to ask them to interfere with free speech of one of their colleagues.


This post is part of a Google bomb, illustrating the Streisand effect: When trying to block information backfires.

I wonder if I shouldn’t have a « quantum flapdoodle » category/page to list the various instantiations of… quantum flapdoodle.

, ,

3 Commentaires

quantum flapdoodle: God 2.0, Deepak Chopra AND the others (d’Espagnat, Miller, Collins etc.)

At Big Questions Online, a John Templeton Foundation publication, Michael Shermer discuss the use of « quantum flapdoodle » as the basis of Deepak Chopra’s effort to update medieval theology.

I think Shermer lost the main part of the target: the John Templeton Foundation itself. Too close to perceive it?
They do exactly the same thing and their 2009 JTP winner, Bernard d’Espagnat is a perfect illustration of the use of « quantum flapdoodle » to support the idea of a veiled reality where gods may conveniently hide out of reach:

In his nomination of d’Espagnat for the Templeton Prize, Nidhal Guessoum, Chair of Physics at American University of Sharjah in the United Arab Emirates, wrote, “He has constructed a coherent body of work which shows why it is credible that the human mind is capable of perceiving deeper realities.”

These perceptions offer, d’Espagnat has said, “the possibility that the things we observe may be tentatively interpreted as signs providing us with some perhaps not entirely misleading glimpses of a higher reality and, therefore, that higher forms of spirituality are fully compatible with what seems to emerge from contemporary physics.”

I asked the question, addressed to Shermer, in the comments under his post, but knowing how the stuff of the Templeton Foundation deal with moderation of comments (and I refer to the way Gary Rosen dealt with one of my comments in the past) I reproduce it here and maybe I should I e-mail[ed] it to Shermer directly.

I have a question for Michael Shermer (but all opinions are welcome): why restrict the « quantum flapdoodle » comment to Deepack Chopra’s God and not extend it to the various ‘flavors’ of spiritualities based on it?

The 2009 John Templeton Prize winner, Bernard d’Espagnat, use much of the same « quantum flapdoodle » to support his view of a ‘veiled reality’ from where the God of Ken Miller or Francis Collins ‘operates’.

What would be the difference, if any, of the use of « quantum flapdoodle »?

wOOt! it did go through the moderation.

, , , , , , ,

8 Commentaires

créationnisme, Staune et Wikipedia

Il est rare que j’ai recours à Wikipedia, que je considère comme la dernière source d’informations à laquelle on devrait faire référence, avec peut-être l’exception de quelques sujets purement techniques où il est difficile d’avoir des avis divergents qui s’expriment. Choisir comme source d’informations Wikipedia un sujet comme le « créationnisme » est pour le moins bizarre, mais Jean Staune nous a habitué à des bizarreries et il ne semble pas être à une près.

Comme il a proposé par deux fois le lien vers l’item « créationnisme » je me suis demandé qui aurait osé poser une définition comme celle que Staune avance, une définition du terme en sciences :

2) Le terme « créationniste » EN SCIENCE est assimilé avec une position si absurde ( la lecture littérale de la bible. Again, voir http://fr.wikipedia.org/wiki/Créationnisme) qu’il s’agit du meilleur moyen de « tuer » un adversaire dans un débat.

Again, indeed.

Lire la suite »

,

7 Commentaires

Au sujet de Staune et de son 1/4 heure

[update 26.06.10 15:53]Le débat n’aura pas lieu, en tout cas pas à Enquêtes et Débats. Jean Robin ne souhaite pas changer le format de ses débats. Tant pis, je le laisse à ses habitudes. En lui souhaitant de moins gober à ses futures interviews.[/update][correction]avec mes remerciements à Jean Robin pour m’avoir signalé l’abus de « s » et tant que j’y étais j’ai ôté le « e » de plus de son nom de famille ;-)[/correction]

Suite à quelques échanges avec Jean Robin et Jean Staune, ma proposition en réponse à l’appel de Jean Robin tient toujours:

Bonjour Messieurs,

Jean S, ne sois pas absurde, le choix des questions à traiter lors d’une discussion n’entame en rien ta liberté, il ne s’agit pas de t’imposer quoi que ce soit contre ta volonté. Certes, les refus seront aussi informatifs que la façon de traiter les questions retenues.

Je sais pertinemment que ta connaissance de la théorie de l’évolution est superficielle et que tu es incapable de discuter le fond, et ce n’est pas ton aversion des manuels de biologie qui t’aiderait sur ce point. Mais des questions posées en avance te donneraient le temps de consulter des gens qui s’y connaissent. Je sais que tes collaborateurs peuvent avoir tendance à te fournir des fausses informations, comme ton spécialiste ès mycobactéries qui soutenait qu’elles n’ont pas des plasmides, ou les sources qui t’ont donné l’impression que les yeux des céphalopodes et des vertébrés se ressemblent plus que de raison. Mais avec un peu de temps devant toi tu pourrais apprendre quelque chose, qui sait ?

De l’autre côté, Jean R, ça permettrait d’attribuer les tours de passe-passe de Jean S à la malhonnêteté intellectuelle qui préside ses propos. Il vous en a servi un ‘bien beau’ lors de votre interview qui est passé sous votre radar. Faire passer pour de la censure l’absence du terme « créateur » dans la version française de l’Origine publié par Flammarion, la traduction de la première édition, de 1859, dans le paragraphe concluant, n’est pas possible auprès de quelqu’un qui connait le sujet. On peut facilement vérifier de quelle version la traduction est publiée et le texte original. Exit la « censure ». [d’ailleurs Fabrice a commenté dans ce sens https://coffeeandsci.wordpress.com/2010/06/25/le-quart-dheure-de-celebrite-de-jean-staune/#comment-4209 et il pose également la question de la source de la définition du terme créationnisme en sciences]

Jean R, je ne peux pas vous en vouloir de ne pas avoir mis le doigt sur les sophismes de Staune, vous ne semblez familier ni du sujet ni du personnage.

Mais il est dommage que la question « et qu’est-ce que ça peut faire que Darwin ait été, ou non, créationniste » n’a pas été posée. Parce qu’en fait, Darwin n’ayant pas évoqué des entités surnaturelles pour son travail de naturaliste, la question n’est pas vraiment d’intérêt pour la théorie de l’évolution sur le plan scientifique. Le mélange des genres n’est fait que par ceux qui espèrent un peu de respectabilité pour leurs points de vue philosophiques et religieux, dont Jean S.

Ma proposition tient toujours : questions choisies d’avance par moi et Jean S (puisque Jean R ne souhaite pass en proposer), publication préalable des listes de l’un et l’autre, temps de réponse égal pour les deux parties, modération par Jean R, avec coupure micro lors des hors-sujet.

Si vous cherchez un titre, je vous propose : « l’évolution biologique a-t-elle besoin d’une guide surnaturel ? » Ça permet d’inclure l’ensemble des théories scientifiques concernant l’évolution biologique non téléologiques étudiées par les scientifiques et de traiter la question de fond qui embarrasse les religieux, l’inutilité évidente des dieux, divers et variables, pour expliquer la biosphère, inutilité mise en évidence par Darwin.

Cordialement,

Oldcola

11 Commentaires