Archives de la catégorie Uncategorized

benthic Google doodle

Jules Verne’s underwater today with Google. Use the joystick to reach the corals and discover Google’s logo filling the view 😉

Capture d’écran 2011-02-08 à 09.03.35.png

Publicités

3 Commentaires

crachats etc.

Après avoir craché dans le bassinet j’ai craché dans le tube et FedEx doit le livrer à 23andMe aujourd’hui.

Donc des nouvelles neuves de la chose quand les résultats vont tomber. Ne vous attendez pas à des révélations trépidantes, je suis d’une pudeur insoupçonnable. En attendant, si vous connaissez une banque de données publique à la disposition des chercheurs qui récolte des données du type de 23andMe, tenez moi au courant, j’y déposerai volontiers les résultats. Ce n’est que du SNP-typing, mais c’est déjà ça.

Je suis retourné hier voir où en était la discussion chez Sylvestre Huet. Il y a eu deux contributions depuis ma dernière visite et je souhaitais répondre, mais les commentaires sont clos. J’active donc ceux de mon premier post que j’ai daté d’aujourd’hui pour le remettre à flots.

La première est par Manincari, la seconde par Moebius.

Lire la suite »

Poster un commentaire

Mises en garde

Bien que certains marqueurs génétiques – les PNS [lire SNP] dans le cas présent – soient associés à une fréquence plus élevée de certaines maladies ou de certains problèmes de santé dans certaines populations, obtenir votre information génétique par l’entremise de [voir ci-dessous] n’équivaut pas à une prédiction concernant votre cas personnel. Il en est ainsi pour plusieurs raisons. Premièrement, l’information génétique n’est d’habitude qu’un seul facteur en jeu quant à savoir si une personne souffrira d’une maladie ou si d’autres traits liés à la maladie se manifesteront. D’autres facteurs incluent les conditions ambiantes et la façon dont votre profil génétique réagit à ces conditions externes (les interactions entre les gènes et l’environnement). Deuxièmement, notre connaissance actuelle de l’aspect génétique d’une maladie ou d’un problème en particulier peut être incomplète. Par exemple, nous pouvons savoir qu’un PNS particulier d’un gène est associé, de façon indirecte, à une maladie, sans savoir qu’un PNS non encore identifié d’un autre gène est également associé à cette maladie. Même après avoir identifié un deuxième, un troisième ou même un quatrième gène associé à une maladie complexe sur le plan génétique, il demeure incertain si ces gènes agissent de concert ou de manière indépendante. De plus, les associations de PNS n’identifient pas nécessairement les facteurs pertinents au plan biologique qui interviennent dans une maladie, mais elles peuvent être tout simplement des marqueurs localisés qui signalent une participation génétique particulière. Troisièmement, les associations de gènes et de maladies sont généralement fondées sur l’origine ethnique, et les études sont habituellement menées sur des populations restreintes. C’est-à-dire 1) qu’elles peuvent permettre de comprendre une maladie dans une population spécifique, mais non d’un seul membre de cette dernière, et 2) que les associations n’ont peut-être pas été étudiées dans un grand nombre de populations mondiales et peuvent ne pas s’appliquer de la même façon ou de façon similaire à toutes les populations.

versus

Dans la plupart des cas, les causes des maladies multifactorielles et leur mode d’action restent encore inconnus. Face à cet inconnu, l’interprétation des résultats présuppose que les facteurs génétiques sont nombreux, avec des effets petits, indépendants, cumulatifs, et sans interaction avec des facteurs du milieu. Si cette hypothèse était vérifiée, on pourrait imaginer que les études pan-génomiques finiraient par répertorier tous les facteurs génétiques impliqués dans chaque maladie ce qui permettrait alors de caractériser les personnes en fonction de leur risque, comparé à celui d’une population de référence. Or pour la majorité des maladies multifactorielles, cette hypothèse n’est pas justifiée. En effet le risque de développer de telles maladies dépend certes de facteurs génétiques mais aussi de facteurs du milieu auxquels on peut être exposé ou non et qui peuvent être essentiels dans le déclenchement de la maladie. Ainsi, pour la lèpre, les différences génétiques qui ont été décrites dans la prédisposition à cette maladie n’interviennent qu’en présence du bacille de Hansen. Autre exemple, une personne porteuse de tous les facteurs de risques génétiques associés au diabète de type 2 court en fait moins de risque d’être atteinte si elle est mince et sans antécédents familiaux qu’une personne sans aucun de ces facteurs génétiques mais obèse avec des antécédents familiaux. Quelle signification accorder à un calcul de risque sur la base d’études génomiques si les facteurs du milieu, et leur interaction avec les facteurs génétiques, sont encore mal connus, inconnus ou non pris en compte ?

La deuxième citation est extraite du texte publié par les sociétés savantes suivantes : SFGH, FFGH, ACLF, ANPGM, AFGCCG, AFCG, SOFFOET, CPEGM, SFG, ADELF. Est-ce que vous sauriez identifier la source de ma première citation ? [DNA Cowboy, t’es plus du jeu]
Voir ci-dessous la solution. Lire la suite »

1 commentaire

grasshopper’s exit

Poster un commentaire

The rise and fall of Hox gene clusters

The rise and fall of Hox gene clusters

Denis Duboule

Development 134, 2549-2560(2007) doi:10.1242/dev.001065

Lire la suite »

,

Poster un commentaire

The role of Hox genes during vertebrate limb development

The role of Hox genes during vertebrate limb development.

Zakany J, Duboule D.

Curr Opin Genet Dev. 2007 Aug;17(4):359-66 doi:10.1016/j.gde.2007.05.011

Part of: Volume 17, Issue 4, Pages 259-368 (August 2007) Pattern formation and developmental mechanisms
Edited by Ross Cagan and Christine Hartmann

Lire la suite »

,

Poster un commentaire

Blogo-links

Si vous avez aimé « La Dino à Plume » par Taupo que je vous signalais , vous aimerez encore plus « La Dino à Plume 2 – Ses Molécules » (titres très librement traduits). Moi j’ai bien aimé les deux.

9F7E5FCD-50D6-48F5-85D7-4055390858C0.jpg

Vous aimerez aussi les commentaires :

je sais plus qui m’a dit qu’il suffit de changer le ph du buffer pour faire des sortes de plumes à la place des poils, c’est bête, je ne me souviens plus… Ne pas tenir compte de ça…

😀 C’est bête, pourquoi poster quelque chose dont on demande aux lecteurs potentiels ne pas tenir compte ? Bizarre, bizarre.

Ah, je vous le dit, il y a des découvertes qui se perdent par la négligence des gens. Peut être qu’on pourrait savoir quel pH, quel buffer, quel animal, des poils de quelle partie anatomique, quelle sorte de plumes,…
Faut pas négliger les applications pratiques.Faut pas laisser passer l’occasion de récupérer quelques bribes de cette information époustouflante.


Une classification de divers accomodationismes par Russel Blackford pour ceux qui sont intéressés par le sujet. En parlant des leaders religieux :

These people are not moral leaders or experts, and there is no such spooky realm. Or, if I’m wrong, let’s see what they have to say in their defence. How did they come to have authority on moral issues? Why should we believe that there is any such spooky realm? Let them answer those questions if they can. Until they do, we ought to regard them as essentially charlatans, and we shouldn’t be afraid to say so.


Pour une fois, et je ne pense pas que ça sera la dernière, en liaison avec le dernier PhD Comic (05/27/09 PHD comic: ‘OMG! ROTFL!!’), un lien vers les commentaires du papier Darwinius. J’aurais aimé voir un autre papier exposé de même à la discussion 😉 Faudra passer par les blogs science, mais peut-être pas avant que je finisse avec.


Poster un commentaire

blogo-links

  • De la transmissibilité des angoisses, du patient au médecin, chez Med’Céline

  • Notes de lecture chez Tom Roud, Life’s Solution, Inevitable Humans in a Lonely Universe; il est courageux.

  • Pascal Picq parle de Darwin et de l’évolution, vidéo affichée chez SDX

  • Afarensis a encore déménagé, mais as moyen de nous semer.

  • 4 Commentaires

    l’Europe

    En regardant le premier clip on se demande s’il faut être complètement pété pour aller voter.

    Ca réveille non ?

    Lire la suite »

    Poster un commentaire

    swine flu / grippe porcine – alert phase 5

    phases5-6.jpg

    Statement by WHO Director-General, Dr Margaret Chan, 29 April 2009

    Based on assessment of all available information, and following several expert consultations, I have decided to raise the current level of influenza pandemic alert from phase 4 to phase 5.

    3 Commentaires