Archives de la catégorie livres

Ruwen Ogien – La Vie, la Mort, l’Etat

lvlmle.pngRuwen Ogien est du genre des philosophes qui peuvent me réconcilier avec la philosophie, facilement. J’ai déjà écris ma frustration de ne pas avoir à redire à sa façon de voir les choses, à la suite d’une conf qu’il a donné ici à Bordeaux. C’est quasiment le même sentiment après la lecture de son dernier livre. Quasiment parce que pour certains de ses cheminements de pensée j’aurais préféré des voies légèrement différentes, mais si légèrement que ça ne mérite pas d’être explicité. Peut-être à être discuté en tête-à-tête.

J’ai beaucoup appris sur la procréation médicalement assistée, ou plutôt sur la répression qui l’entoure. Je n’imaginais vraiment pas que les choses étaient à ce point minables en France. Maintenant je sais. En ce qui concerne l’euthanasie j’étais déjà au courant et je trouvais ça déjà lamentable.

On ne sort pas le coeur léger de la lecture, non pas à cause des idées que l’auteur présente, mais parce que son bon sens n’est pas encore adopté et parce qu’on reste avec l’idée qu’il ne sera pas adopté de sitôt.

Le style d’écriture est particulier, mais on s’y fait très vite. Il manque de fioritures, il va à l’essentiel. On n’est pas habitués mais j’en suis venu à l’apprécier.

Lisez-le. La nouvelle loi bio-éthique est en train de couver, Ogien vous donnera vite fait, bien fait les moyens de mesurer combien elle est liberticide. c’est le genre de livres qu’on ressasse, qu’on rumine.

Pas de note de lecture, juste le conseil de le lire.

Va falloir que je lise ce qu’il a écrit avant.

Publicités

Poster un commentaire

La culture, le gène et le virus – revue

C410796F-F986-4A06-92DA-D61243428C48.jpgUne petite moyenne (2,5/5), accordée presque à contre-coeur. Jean-Pierre Crespin a raison, le livre a le mérite d’exister. Il pose des questions intéressantes, il donne des réponses confuses, biaisées et pour certaines franchement fausses, ce qui rend la lecture pénible.

  • Intrigante cette précipitation pour que la mémétique se développe de la part d’un historien qui doit savoir la galère que ça a été la transition du fixisme au darwinisme et au delà, le temps de disposer une assise solide. Pas loin d’un siècle sépare Lamarck de la connaissance suffisante de la génétique qui a conduit à la Synthèse.
  • Grosse déception, la promesse non tenue de n’examiner le sujet que de l’intérieur. Je m’attendais au moins à une revue comparative des divers modèles proposés à ce jour, revue qui n’est pas arrivée. A la place des comparaisons avec d’autres domaines, notamment la psychologie évolutionniste. Dommage.

    Grosse frustration de voir traiter l’imitation, un acte, de processus passif. Pas moyen d’approcher le sujet correctement en partant d’une mauvaise base.

    Grosse interrogation quant à la façon dont l’auteur s’y est pris pour se renseigner au sujet des réplicateurs biologiques, sujet qu’il ne semble pas maitriser suffisamment pour les comparer à d’autres types de réplicateurs, d’autant plus que ces derniers sont pour l’instant mal définis.

    Gros agacement à la suite de la lecture de son exemple confondant mémotypes et phémotypes qui pose des mauvaises bases pour la suite. GIGO!

    Lire la suite »

    12 Commentaires

    Aqua™

    A71573EE-C763-45E4-9EED-379E0F995B9E.jpgDans mes petits souliers se trouvait Aqua™. C’est le premier de Jean-Marc Ligny que je bouquine, certainement pas le dernier.

    J’en suis à mi-parcours, mais je peux déjà vous le recommander pour nourrir vos cauchemars futuristes. L’accroche de l’Atalante :

    En 2030, l’enjeu vital autour duquel se battent les peuples et les nations n’est plus le pétrole mais l’eau potable. Sécheresse et réchauffement climatique obligent. Aussi, quand un petit pays d’Afrique assoiffé découvre, grâce à une image satellite piratée, une nappe phréatique dans son sous-sol, c’est la survie assurée ! Assurée ? Pas évident : un grand consortium américain, à qui appartient le satellite, revendique la possession de cette nappe et ne recule devant rien pour l’obtenir. Chargés de convoyer du matériel de forage, Laurie et Rudy s’engagent dans une aventure dont ils sont loin de mesurer les conséquences. Dans cette lutte acharnée, sur fond d’harmattan et de tornades, tous les moyens sont bons, politiques et militaires, mais aussi la sorcellerie… surtout quand vient s’en mêler la Divine Légion, une secte apocalyptique qui voit dans le fils cloné du P.-D.G américain l’incarnation d’un nouveau Messie… ou bien de l’Antéchrist ? Un thriller fantastique, aux enjeux économiques et humains saisissants, où Jean-Marc Ligny stigmatise la folie destructrice de notre monde « libéral

    Poster un commentaire