paris ratés et faux sens

Michel Ligner nous livre son dernier commentaire et le compte rendu de la réunion du 9.9.11 dans les commentaires de lpd1s – finale.

On n’apprend pas grand chose du contenu de la réunion, sauf ce :

Green Mamba - élégant et toxiqueM.Jean Staune, tout sourire face à son auditoire et à sa maman endormie au premier rang, s’est plu à esquisser une petite grimace de désaccord en redonnant bien vite la préséance à la métaphysique de l’UIP à laquelle l’Union rationaliste « trouve une élégance que n’ont pas certaines croyances religieuses naïves. » (Les cahiers rationalistes n° 611, page 44)

Qui nous mène vers la théologie sophistiquée et fortement sophiste qui est à la mode de nos jours. Malheureusement l’élégance n’a jamais exclut la toxicité. Et la scienligion façon John Templeton Foundation et UIP est fort toxique. Sachant que le propos a été annoncé par Staune et nous est rapporté par Ligner une vérification est nécessaire. Si vous avez la revue contactez moi SVP.

Michel parle de dé-monstration dans son commentaire, je pense plutôt à une multiplication de monstres. Celui que j’ai reçu le 20 septembre est un bébé par rapport au premier (lettre 4p, annexes 9p, cadeau 3p).

Vous n’en verrez pas les originaux, sa lettre se terminant par :

Je ne vous donne pas l’autorisation monsieur Vékris, de publier les originaux de mes correspondances. Inhibition, vous dis-je!

Très bien, il n’y aura que des transcrits. Bien sûr les originaux passeront en scène si Michel Ligner conteste à tort l’exactitude de la transcription : légitime défense😉.
Et pour être certain que je ne serai pas importuné dans l’avenir par des monstres, quel que soit leur taille, sa correspondance passera directement à la poubelle, IRL ou virtuelle. Les commentaires ici lui sont bien entendu toujours ouverts.

Le Cadeau

Commençons par le cadeau. Michel nous dit :

Avec la « Mission culture » de ma région, nous avons voulu récompenser pour leur active et respective participation, Messieurs Staune et Vékris, qui se sont vu offrir chacun un poème.

A en juger par les copies des e-mails qui accompagnent le cadeau c’est Michel qui a pris l’initiative de leur demander de choisir les cadeaux; « Nous sommes saisis d’une demande très particulière de la part d’une Association… » dit l’un des e-mails attachés au cadeaux. La « Mission culture de sa région » a été sollicitée, elle n’a rien voulu spontanément.
La demande concernait trois et non pas deux personnalités. En dehors de Staune et moi-même Axel Kahn est mentionné. Est-il passé à la trappe par la suite, ou s’agissait-il juste de name-dropping pour le sérieux de la demande ?
Je n’en ai pas moins remercié immédiatement les deux dames impliquées dans le choix du poème et je renouvelle mes remerciements publiquement à Jocelyne Fourier et Sylvie Loiseau.

Le cadeau lui-même est un extrait très agréable de « Ciels de miel et d’ortie » de Jean-Claude Martin.

Madame la Présidente de la Région Poitou Charentes souhaite que les cadeaux de sa collectivité soient remis par une personne ayant une fonction officielle.

explique Michel au Pr. Tunon de Lara, président de l’Université de Bordeaux. Ce qui, je suppose, justifie qu’il lui demande de me remettre le cadeau.
Ca aurait pu aussi bien être Mme Fourier, en sa qualité d’Assistante de mission « Culture » et déjà impliquée, le dit cadeau m’étant parvenu par la poste. Et je me demande quelle personne ayant une fonction officielle a remis le cadeau à Axel Kahn et pourquoi ce n’est pas la même qui me l’aurait envoyé à moi ?
Mais je suppose que Michel mourrait d’envie d’écrire à Tunon de Lara.

Ca m’a pris un peu plus de temps pour remercier ce dernier, parce que je voulais accompagner mes remerciements d’un complément d’information sur trois points particuliers, que je discute plus loin.

L’un dans l’autre, Michel a sollicité le concours de trois fonctionnaires, en l’exercice de leur fonction, pour satisfaire ses envies. Ca n’aurait pas grande importance s’il ne se plaignait pas à répétition des activités des fonctionnaires. Un tel gaspillage de ressources ne lui ressemble pas. Ou si ?

La Lettre

Le terme « monstre »

M L Filinger (c’est ainsi que la lettre est signée) a trouvé matière à réflexion avec le mot « monstre ». Pour en acquérir le sens il est parti consulter… Wikipedia ! Très mauvais choix, quand le CNRTL est disponible.
Et bien sûr il a pioché le sens qui lui convenait le mieux pour faire son intéressant. Mauvais pari sur le sens, mauvaise méthode en général. Il était si simple de me demander le sens que je donnais au mot pour en être certain :

Chose (abstraite) qui provoque l’étonnement ou la désapprobation par son caractère incohérent ou hors des normes.

En mettant l’accent sur « désapprobation », ce que je pense avoir rendu clair dans la justification de mon abstention de la réunion.

Le panier

En contemplant la photo du monstre, Michel discerne un panier :

J’observe que votre ami a pris soin de le mettre sur un panier ou s’est plu à le mettre au panier.

Encore une fois mauvaise prémisse, encore une fois sur quelque chose de facilement vérifiable, il aurait suffit de demander. C’est de l’osier, mais celui d’un fauteuil dans lequel le monstre trônait. Le blabla qui suit est, lui, à mettre à la poubelle.

La Sirène

Ayant parié sur le mauvais sens du mot monstre, le bas de la première page est orné d’une Sirène.
Wiley publiait le 26.11 The Perfect Think Tankà Non Sequitur😉

tptt.jpg

La présence de la Sirène avec un document en main n’est pas une commande ! D’après ce que nous savons les autres participants de ce Think Tank n’étaient pas présents à la réunion organisée par Michel, mais il y avait Jean Staune…
Et blabla à partir de la Sirène, avec moultes références aux annexes. Malheureusement le feuillet 4 manque ! Pour une erreur s’en est une de format A4. (404 IRL)

Sur son manièrisme

La façon de s’exprimer de Michel pose vraiment questions. Probablement pour me montrer le contraire il m’envoie copie d’une lettre de Jean-Louis Debré, impressionné par le style d’un texte que Michel lui avait adressé (?). Je n’ai pas lu le texte en question pour avoir un avis personnel.
Si Debré se prononçait sur le monstre j’aurais pu savoir quoi penser de lui. Par exemple, quand j’ai entendu Luc Ferry faire l’éloge de The Book de Staune, Ferry a perdu toute crédibilité à mes yeux; j’avais déjà lu The Book et je savais quel ramassis d’inepties au sujet de la biologie l’ornaient. La réputation de Ferry ne s’en remettra pas à mes yeux à défaut d’excuses publiques.

Mais il ne s’agit que des premières trois lignes. Les 13 suivantes concernent mon style. Hors sujet Michel (encore), ou il fallait au moins changer le titre de la section.

Et il commence par me tancer pour avoir oublié un « m » à « accommoder » (chose qui m’arrive souvent). Pour Michel c’en est une « grosse faute d’orthographe qui saute aux yeux« . C’est con ! De me le faire remarquer de la sorte sans imaginer que ça puisse être juste une faute de frappe. C’est surtout con de la part d’un mec qui entame le dernier paragraphe de sa lettre à Tunon de Lara par un glorieux :

Je voue remercie d’avance, Monsieur le Président, […]

Moi je pense que c’est juste une faute de frappe. Le genre de fautes dont son dernier commentaire en est également orné. Je pense que ce n’est pas grave.

Puis il me fait une remarque sur mon vocabulaire, « qui est de nature à déplaire a beaucoup de [mes] lecteurs, qui, instinctivement, n’apprécient pas un tel langage« . Eh bien, il se sont trompé de lecture et ils peuvent passer leur chemin. Je n’irai pas leur chier dans les bottes, promis. Surtout ceux qui profitent de l’occasion pour faire les fines bouches et éviter de répondre à des questions qui les gênent😉

Faire court!

Il avait prévu autre chose après la réunion Michel. Il n’avait pas de temps à perdre. Un fait est que je m’en fous royalement, l’autre que lui aussi s’en fout de mes affaires, sinon il n’aurait pas pondu le monstre, n’est-ce pas ?

A propos de la question posée à Monsieur Hervé le Guyader

Je serai beaucoup plus clair pour qu’il n’y ait pas de doutes possibles : si Michel avait le moindre intérêt pour le gène egoïste de Dawkins dans le cadre du débat qu’il préparait il aurait dû poser aussi la question aux personnes qu’il a invité à débattre (et il n’y a pas que moi) au lieu de pondre une question absconse qu’il pense relative à ce contexte. Ou alors il aurait dû inviter le Guyader s’il pense que le fait que je n’écris pas pour « Le courrier de l’environnement » ou pour le « Pour la science » rend mon avis inintéressant😉

J’aurais bien aimé voir Staune essayer de se dépêtrer avec une telle question quand même.

Il y a aussi un point sur le « dénigrement » des autres, mais je le garde pour plus loin.

Michel mentionne le commentaire de Gabriel Gohau, au sujet de The Book je pense.

Je ne prétends pas pour autant qu’il (M.Jean Staune) a des faiblesses pour le créationnisme.

Bien sûr que si, c’est le YEC qui ne lui va pas, mais Jean Staune avoue qu’il est créationniste, à condition que ce soit bon pour sa pub personnelle🙂

Et puisqu’il s’insurge qu’on ne croie pas qu’il est évolutionniste accordons-lui son brevet!

Bien sûr qu’il est évolutionniste, Jean-Staune est néo-lamarckien, aucun doute là dessus, il tient tellement à l’Auteur de Jean-Baptiste…
Je pense que Michel voit comme du dénigrement les précisions, la caractérisation exacte. C’est vrai que ce n’est pas flatteur pour Jean Staune, le catholique hérétique néo-lamarckien, mais ce sont là ses positions. Ridicules, mais siennes.

Sur l’amusement

Mettons une chose au point pour Michel. Depuis que je travaille il y a eu ~17% de mon temps (un peu moins de 7% des recettes) financé par le contribuable français. Ce n’est pas le cas actuellement et mon voyage au Canada était financé par une boîte privée canadienne, mes loisirs je les occupe comme je l’entends et je trouve extrêmement amusant de casser des stauneries. Et je ne dirais pas que Staune soit capable de parler de biologie en scientifique.
Je trouve particulièrement déplacées les allusions de Michel Ligner, Michel Ligner qui a occupé des fonctionnaires, durant leur temps de fonction, avec ses simagrées.

Sur mes questions

J’ai donné connaissance du questionnaire de M.Antoine Vékris et M.Staune a répondu, à sa manière, à chacune des questions. Pour ma part, n’étant pas un spécialiste des matières discutées, j’ai tenu simplement à lire mes commentaires sur les questions de M.Vékris, commentaires de lecteur, citoyen et contribuable.

Il peut le dire ! On en sait autant😀

A-t-il eut le temps pour la dégustation ?

imgres.jpegPas un seul mot au sujet du petit vin ?

Pourtant mon refus de picoler avec eux semble l’avoir vexé au point de conclure sa lettre :

Et puis, comme on dit dans nos campagnes, ceux qui ne sont pas contents n’ont qu’à aller se faire voir chez les grecs, palsambleu!

Et une Sirène (grecque celle-là), passe.

Quand Michel encule le sujet

Après la version euphémique du « va te faire foutre » teinté de sang divin, venons en au deuxième point qui a vexé Michel Ligner :

Il se peut que si les question avaient été posées par quelqu’un de moins maniériste elles auraient pu être liées d’un trait court à la théorie de l’évolution. Ici, ce ne sont pas des bibittes qui sont enculées, c’est le sujet (métaphoriquement).

Et il n’a pas idée du combien moi je suis vexé de la façon dont il a enculé le sujet et pour m’avoir bousillé mon amusement.

Ainsi, dans sa lettre à Tunon de Lara on lit :

Un sujet qui, selon son propre terme, est « enculé« , terme aussitôt suivi de l’adverbe « métaphoriquement » mis entre parenthèses. (1)

Je pense que là la façon de s’exprimer de Michel et son souci de contexte qui a produit le monstre sont pris en défaut. Il avait largement la place pour donner ma phrase, il donne une note de bas de page occupant six lignes.
De la façon dont il s’exprime, le point d’interrogation manuscrit en marge, qui a été probablement placé par Tunon de Lara, est compréhensible. On lit que je pense en général que le sujet est enculé. Pas du tout, c’est juste qu’à l’occasion Michel Ligner l’a enculé !

J’aurais pu rester plus soft :

Malheureusement le massacre du sujet de la section sur « ce qui a trait à la théorie de l’évolution » a enlevé tout le fun.

Mais je voulais bien me faire comprendre par Jean Staune, voyez vous. Michel Ligner aurait dû aussi donner le contexte. Il semble tellement soucieux de la façon dont mon lectorat perçoit la verdure de mon langage que je pense qu’il doit en être de même pour ceux de Jean Staune.

Michel ne peut ignorer que l’expression « enculage de mouches » a été utilisée par Jean Staune dans un forum public pour qualifier le contenu des livres de biologie, je lui ai signalé le fait tôt dans nos échanges.

Staune s’est opposé en général aux questions techniques au sujet de l’évolution lors de nos discussions avec Jean Robin, refusant les questions sur l’enculage des mouches [moi je refuse tout sujet sur “l’enculage des mouches”[…] ].

En langage staunien « enculage des mouches » semble couvrir l’aspect scientifique et/ou technique d’un sujet, notamment la biologie. Ce que Staune ne peut discuter de sa position d’ignare en la matière. Quand on en arrive là il brille par son absence, même quand il s’agit de défendre ce qui d’après lui est « le MEILLEUR exemple pour prouver que l’évolution est bel et bien orientée!« .

Michel Ligner voulait faire savoir au président Tunon de Lara que je suis un vilain garçon qui dit des gros mots. Histoire de se défouler de sa vexation ? Se venger ? Il n’a réussi qu’à m’obliger à donner des explications. Et ça fait autant de pub à Staune qu’à la façon de s’exprimer de Ligner. J’aurais préféré éviter la deuxième partie.

J’ai dû aussi expliquer que ce qui techniquement est une action de « dénigrer » – s’efforcer de réduire la réputation de quelqu’un ou de quelque chose – peut être justifié.

Il est vrai que je trouve la critique non pas seulement justifiée mais nécessaire dans certaines occasions. Ce fut par exemple le cas quand j’ai découvert que, sur la base d’une fonction de « chargé de cours » et d’un DEA, le site de la John Templeton Foundation faisait figurer dans sa liste d’Advisors le Pr. Jean Staune, Ph. D.

Le plus marrant c’est que Charles Harper et ses services ont gobé🙂 J’en rigole encore.

Je n’aurais pas parlé de dénigrement simplement, de réduction de la réputation, mais j’aurais spécifié qu’il s’agit de dégonflement de baudruches.


Une fois décortiqué le mini-monstre n’est pas glorieux. Paris ratés, mauvais sens, pinaillages boomerang, simagrées, présentations foireuses, hors-sujets, manque de contexte. Dommage.
Mais un bel exemple de Garbage In – Garbage Out en mémétique.

,

  1. Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :