The farther, the safer: a manifesto for securely navigating synthetic species away from the old living world

The farther, the safer: a manifesto for securely navigating synthetic species away from the old living world
Philippe Marliere
Syst Synth Biol (2009) 3:77–84 doi: 10.1007/s11693-009-9040-9 &

Biotechnology has empirically established that it is easier to construct and evaluate variant genes and proteins than to account for the emergence and function of wild-type macromolecules. Systematizing this constructive approach, synthetic biology now promises to infer and assemble entirely novel genomes, cells and ecosystems. It is argued here that the theoretical and computational tools needed for this endeavor are missing altogether. However, such tools may not be required for diversifying organisms at the basic level of their chemical constitution by adding, substituting or removing elements and molecular components through directed evolution under selection. Most importantly, chemical diversification of life forms could be designed to block metabolic cross-feed and genetic cross-talk between synthetic and wild species and hence protect natural habitats and human health through novel types of containment.

, ,

  1. #1 par Dedenys le juin 6, 2010 - 8:01

    Bien sûr, inventer, développer une technique innovante puis la mettre au point pour des applications médicales, industrielles ou autres coûte de l’argent et me parait mériter rémunération.
    Autant je comprends que l’on puisse aider des populations en difficulté avec des mises à disposition de médicaments à prix adaptés, autant dans des pays développés, les médicaments sont payants, et permettent de rémunérer la recherche qui les a inventés et mis au point.

  2. #2 par Oldcola le juin 6, 2010 - 9:18

    Pierre, (si je ne me trompe pas)

    Si j’ai donné l’impression que je ne veux pas que les biotechs (ou autres innovantes) gagnent de l’argent je me suis mal exprimé. Au contraire, j’aimerais que l’innovation soit le meilleur gagne-pain à la ronde. Ce sont les ROI indécents (et la définition de la décence se discute) qui posent le plus souvent problème.
    Je ne prônerai même pas une politique de prix forcés, juste l’abolition de la protection du brevet au delà d’un gain de x fois (x étant donc le seuil de décence), pour laisser le marché se réguler seul. Avec des modulations :
    • à la hausse en fonction de la fraction des gains reversés à la recherche (y compris et surtout (?) fondamentale),
    • à la baisse en fonction du besoin pour le bien public et des circonstances économiques.

  1. Pandore, Prométhée, Petri & Venter « Coffee and Sci(ence)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :