Pandore, Prométhée, Petri & Venter

On m’avait envoyé le lien vers le billet de Hervé Le Crosnier, « Ne pas ouvrir la boîte de Pandore de la biologie synthétique« . Ce genre de notifications frisent la malveillance, il n’y a aucune raison de m’énerver inutilement. La biologie synthétique est en route depuis 1974, s’il y en a qui ne s’en sont pas encore rendu compte ils sont priés d’enlever leurs oeillères ou de fermer leur clapet; s’employer à suivre les deux conseils serait d’ailleurs un plus.

Hier soir j’ai eu droit à un lien vers le billet de Serge Sebestyen, « Faut-il attendre de la science qu’elle sauve l’Humanité ?« , et en parcourant le chapeau je me suis rendu compte que j’avais loupé (ce qu’elle ne m’envoie que ce qui m’énerve la p’tite morveuse) le billet de Philippe Marlière, « Prométhée, Pandore et Pétri« . [je ne savais pas que les noms allemands prenaient des accents aigus, Petri nom de nom ! Petri, comme dans Julius Richard Petri]

Me suis fait la totale pour pouvoir répondre à la p’tite morveuse1.

Marlière est une bouffe d’oxygène, va falloir trouver son e-mail pour lui envoyer un petit mot [done]. Le seul bémol dans son billet vient de la phrase :

Cette démarche [constructiviste] n’avait pas cours jusqu’ici dans la théorie ni la pratique de la biologie, ce qui explique que les biologistes moléculaires restent pantois devant l’événement.

Je suis biologiste moléculaire et pour la démarche constructiviste et si j’avais le talent nécessaire j’aurais écrit une ode à sa gloire. Je suppose quand même qu’il fait référence à l’écrasante majorité des biomol français, et je ne peux lui en vouloir pour si peu. D’autant plus qu’il m’a fait rigoler façon lol avec Bioethix et Deontologix que j’ai un peu trop trouvé à travers de mon chemin ces derniers temps. Les deux gus sont une particularité française qui trouve des problèmes éthiques et relatifs à des déontologies imaginaires partout, mais alors partout ! Souvent conduisant à des comportements que l’éthologie attribuerait aux perroquets [d’autres parleraient de convergence d’une part, d’ignorance des 400, d’autre part; les considérer ignorants est charitable].

Si Marlière a su me redonner le sourire et me faire franchement marrer avec ses bardes druides (il aurait eux fait d’écrire bardes, ça irait mieux question cacophonie), c’est Sebestyen qui est le plus marrant, indubitablement.

Et si les citoyens décidaient de leur avenir !

C’est la phrase qui clos son billet. Bien sûr, qui ne voudrait pas que ce soit les citoyens qui décident de leur avenir ? Quand les volcans vont péter, les tsunamis frapper, les virus muter, les ouragans passer… Bien sûr, Sebestyen ne fait pas référence au naturel en général, il semble préoccupé du sous-ensemble particulier qu’est l’artificiel, et pas de n’importe quel artificiel, celui qui a l’efficacité nécessaire pour produire des changements rapides, et pas n’importe lesquels changements rapides, juste ceux qui profitent à des intérêts prives. Mélange à la noix qui incite à rire pour ne pas pleurer.

Sebestyen serait peut-être avec tout le monde, dans le sens :

Et, il est évident que [tout le monde] verrait avec plaisir que grâce à des manipulations génétiques, on aille beaucoup plus vite pour produire des maïs et tout autre végétal ayant besoin de moins d eau pour être cultivés.

Point positif pour lui. Réponse partielle à la question qu’il pose, dans le sens que des telles actions pourraient sauver l’humanité.

Ce qui semble foutre les boules à Sybestyen est que les actions du genre sont menées par des boîtes privées qui vont gagner plein de pognon. Et quand il s’agit de pognon c’est le désastre qu’il agite sous le nez de ses lecteurs.

J’aurais préféré que tous les OGM sortent de labos publics et ne soient pas couvertes par des brevets. Seulement cette voie ne marche simplement pas bien. Même quand on évolue dans les cercles vertueux des laboratoires, la consigne est de déposer des brevets, des brevets triadiques si possible, de les valoriser, de les transférer à l’industrie, de faire plein de pognon pour l’université🙂

Venter est la parfaite illustration du comment ça marche. Chope l’idée, va chercher le pognon, réalise l’idée, fais gagner du pognon à ceux qui en ont mis sur la table pour entamer. Tu trouvera plein de monde pour mettre du pognon pour la suite, aussi surréaliste qu’elle puisse paraître la suite.

Il est marrant de voir que la critique de Sybestyen envers Marlière (et par la bande envers Venter) déborde du côté des cultivars OGM. Soit il ne connait pas les deux mecs, soit il ne connait pas les deux mecs. De ce que ce sais à leur sujet (pas mal pour Venter, très peu de Marlière) les deux sont pour le confinement des espèces synthétiques, non pas seulement physique dans le sein du blockhaus dans lequel il faudrait placer l’armoire blindée qui contient la boîte de Petri, mais également fonctionnel en leur infligeant un confinement trophique, même avec des acides nucléiques exotiques qui limiteraient les échanges possibles avec les biotes naturels. Parlez moi de paranos qui veulent prendre toutes les précautions possibles😉 Bien sûr, à base de techniques brevetées qui leur feront gagner de sous, pour que Sybestyen et Le Crosnier puissent dormir tranquilles.


1 Elsa

  1. #1 par Elsa le juin 5, 2010 - 9:08

    Hey! suis majeure maintenant, un peu de respect tonton

  2. #2 par Oldcola le juin 5, 2010 - 9:18

    C’est vrai ! j’y pensais plus, grande morveuse alors ;-*

  3. #3 par Semmelweiss le juin 6, 2010 - 1:47

    « Venter est la parfaite illustration du comment ça marche. Chope l’idée, va chercher le pognon, réalise l’idée, fais gagner du pognon à ceux qui en ont mis sur la table pour entamer. Tu trouvera plein de monde pour mettre du pognon pour la suite,  »

    Et ce genre de phrase est la parfaite illustration de l’utopie fiducio-scientiste, l’un des plus monstrueux avatar du réductionnisme scientifique.
    Il faut vraiment avoir raté tout le XXème siècle pour poser encore comme un axiome la proposition innovation technique=>progrès.
    Quand au supposé tropisme du pognon pour le progrès et l’innovation, vous devriez peut-être lire cet autre article du site pour vous convaincre qu’il est loin d’être établi
    http://www.vivagora.org/spip.php?article710

  4. #4 par Oldcola le juin 6, 2010 - 4:36

    Salut Mr mains propress (avec deux ss!),

    Utopie ? Ce n’est que la description de ce Venter a fait, ce ne sont pas des speculations, c’est l’histoire. Elle ne te plait pas ? Elle n’en a rien à branler.

    Je vais en rajouter une couche. Parce que j’ai eu l’opportunité de voir comment ça marche de l’intérieur.
    S’il y a du fric à faire tu récupères le fric pour faire.

    Où est-ce que tu as vu que je ferais l’équation entre innovation technique et progrès ? Les deux mots ne figurent même pas dans mon billet mec ! Tu ne commentes pas ce que j’ai écrit mais tes fantasmes, n’est-ce pas ?

    En fait le billet vers lequel tu pointes illustre mes fantasmes, le besoin que les labos publics aient les couilles de faire le boulot au lieu d’attendre que d’autres se décident. Tu sais, comme quand je dis :

    J’aurais préféré que tous les OGM sortent de labos publics et ne soient pas couvertes par des brevets.

    La suite du paragraphe est à lire aussi.

    Merci pour ton commentaire, vais me laver les mains et me faire un café.😉

  5. #5 par Semmelweiss le juin 6, 2010 - 5:03

    Sur la forme, en plus d’être un rhéteur hors pair, vous êtes très accueillant et remarquablement tolérant avec vos rares visiteurs.

    Sur le fond, vous vous targuez d’une certaine expertise en affirmant avoir « eu l’opportunité de voir comment ça marche de l’intérieur », mais vous démentez vous même cette supposée expertise en affirmant crânement « j’aurais préféré que tous les OGM sortent de labos publics et ne soient pas couvertes par des brevets. »
    Une assertion étonnante de la part de quelqu’un qui se pose comme quelqu’un « au courant ».

    Renseignez-vous un peu auprès de vos collègues: vous verrez qu’on ne compte plus les molécules, animaux transgéniques et autres tests génétiques mis au point dans le public pour être breveté (et verrouillé) par le privé.

    Sans compter la farandole des plantes et autres microorganismes inventés par la sélection naturelle que l’industrie pharmaceutique se croit en droit de breveter.

  6. #6 par Romanichel 1er le juin 6, 2010 - 5:50

    « Utopie ? Ce n’est que la description de ce Venter a fait, ce ne sont pas des speculations, c’est l’histoire »

    Si je peux me permettre, j’ai l’impression que pour celui qui vous interpellait, l’utopie ne résidait pas tant dans ce qu’a réalisé Venter mais dans l’éxégèse que vous faites de cet événement en particulier, du système des brevets en général.

    Sinon, je ne fais que passer et vous êtes ici chez vous, mais je ne suis pas sûr que vos effets de cour de récréation fasse beaucoup avancer le débat auquel vous semblez vouloir prendre part.

  7. #7 par Oldcola le juin 6, 2010 - 6:27

    Semmelweiss,

    le fait que je suis au courant de l’intérieur ne signifie pas que je suis d’accord à ce que des techniques d’intérêt public soient verrouillées par des brevets au profit d’entreprises privées. Me suis fendu la poire avec les réactions des gouvernements d’Afrique du Sud et du Brésil pour faire baisser le prix des antiviraux. Si tu avais regardé autour tu saurais que c’est une attitude générale chez moi que de ne pas accepter le protectionnisme des brevets au delà d’un certain seuil. Ce qui ne veux pas dire que je suis contre les ROI, juste contre les ROI indécents.
    Je connais bien l’inventivité et la capacité inventive des milieux académiques, l’incompétence patente de nombreux services de valorisation, la compétence de certains, rares, la fuite des brevets vers l’industrie.
    Les milieux académiques inventent, ils n’innovent pas. Ils ne sortent pas des produits, juste des idées. C’est chiant n’est-ce pas ? Moi en tout cas ça me fait chier.

    L’industrie pharmaceutique n’obtient pas ses brevets auprès de l’industrie pharmaceutique, mais des offices de propriété industrielle. C’est suffisamment connu pour que j’imagine que tu sois au courant. On peut changer les règles d’attribution des brevets, mais ça ne sert à rien de reprocher que les existantes soient exploitées jusqu’au trognon.

    Un exemple de demande de brevet pour une plante issue de la sélection naturelle sans autre modification et qui ait abouti à l’obtention ? Je n’en connais pas, mais je suis peut-être al renseigné. Ou c’était juste une forme rhétorique ?

    Tu débarques, pas invité en particulier, mais ton commentaire est le bien-venu, sinon il croupirait à la poubelle avec le spam. Tu qualifies une phrase décrivant des faits d’utopie et l’un des plus monstrueux avatar du réductionnisme scientifique. Tu m’attribues un axiome que tu inventes. Tu parles d’un supposé tropisme du pognon pour le progrès et l’innovation quand je dis explicitement qu’il s’agit de faire gagner du pognon à ceux qui en ont mis sur la table au premier tour.
    Espères-tu que je sois extatique devant la pertinence de ton propos ? Ne te rends-tu pas compte que je me suis retenu pour ne pas simplement t’insulter ? Ne te rends-tu pas compte qu’en commentant à nouveau sans discuter les points que je soulève à ma réponse tu te decrédibilise ?

  8. #8 par Oldcola le juin 6, 2010 - 6:39

    Romanichel 1er,

    C’est très charitable de ta part de venir au secours de Semmelweiss, mais si tu as vu juste il aurait pu rectifier à son deuxième commentaire. Au lieu de quoi il a juste changé de sujet. Non ?

    En fait je ne cherche pas à prendre part au débat, sinon mes commentaires seraient sur Vivagora. Ca fait longtemps que j’ai décidé de ne pas prendre part au débat; se battre contre des moulins à vent n’est pas très intéressant (au moins pour moi, il y en a qui ont le courage de s’y coller, comme Marlière; Chapeau !).
    Je préfère, et de loin, la fuite. C’est l’objet de ce billet, convaincre une jeune fille de fuir un environnement qui n’est pas le meilleur pour qu’elle puisse y tracer un chemin en biotechs, ce qu’elle a l’intention de faire pour l’instant.

    Et effectivement, ici c’est ma cours de recréation, c’est marqué tout en haut, « notes de lectures en buvant le café »😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :