Paul Kurtz et les Neo-Humanists

pk.pngUn petit résume de ma présentation de la déclaration/présentation des neo-humanists à la sauce de Paul Kurtz. Il semble préoccupé par un projet d’envergure planétaire et se positionne pour attirer la sympathie et l’adhésion du plus grand nombre, une posture politicienne nécessaire pour une action sur le mode démocratique.

Si les aspirations du neo-humanism semblent utopiques à moyen terme, plus proches d’un ouvrage de SF que d’un programme d’action, je pense qu’il est nécessaire de fixer des objectifs de ce calibre et travailler pour les atteindre, même si le processus est lent. De ce point de vue le document est exceptionnel et mérite d’être affiché et consulté régulièrement.

Il est certes touffu, avec des apparentes contradictions quand il essaie de définir ses alliés, mais l’idée d’action planétaire concertée fera certainement son chemin, non pas parée que Kurtz le souhaite, mais parce qu’il semble qu’on est obligés d’agir de façon globale sur plusieurs sujets. La question reste : qui tiendra les rênes, et Kurtz espère que les neo-humanists seront aux commandes.

Là où il fout tout en l’air, c’est quand il en arrive à commenter sur les Nouveaux Athées et les humanistes séculiers. Ils ne semblent pas représenter une base à sa convenance. Il aurait pu éviter de positionner le neo-humanism en opposition, perdant une grosse partie de son capital crédibilité.

Il semble vouloir opposer fermement une attitude positive chez les neo-humanists là où les athées auraient une attitude négative. Le vieux problème du préfixe « a- » d’athée, qui cache l’attitude positive (IMO) de ne pas avaler les fantasmes théistes/déistes pour des ‘réalités’ ayant ‘droit de cité’ dans les débats publics; ou en sciences… S’aliéner une partie des potentiels neo-humanists, celle qui est la plus affirmative et la plus audible (parce qu’elle s’exprime en dehors des campagnes accommodationnistes pilotées par des organisations théistes) est probablement une erreur stratégique, que j’espère fatale pour le neo-humanism. Il est difficile de se penser athée et d’accepter de bonne grâce l’interventionnisme religieux dans les affaires publiques; même les théistes voudraient que les leaders politiques ferment leur ‘clapet’ quand on en vient à ce qui les touche directement sur le plan de la législation. Ou font la sourde-oreille quand le clergé se prononce.

Est-ce qu’il va réussir à convaincre les mous à se joindre à lui ? Probablement, mais je les vois mal réussir à agir en collaboration avec les théistes de tout poil sans que ces derniers imposer des limites basées sur leurs croyances. Autant dire que Kurtz a pris comme option d’accepter les préceptes théistes comme base de travail des neo-humanists. Sans que ce soit vivable lesquels seraient ‘acceptables’.

Est-ce que le neo-humanism est une alternative valable pour quelqu’un qui ne s’est pas trouvé une affiliation religieuse ? Je suis mal placé pour voir ce qu’il aurait d’attractif si ce n’est qu’il adopte une posture qui ne critique pas les croyances irrationnelles pour ce qu’elles sont : irrationnelles.

Est-ce qu’un neo-humanist devrait, par exemple, accepter le caractère ‘sacré’ de certaines croyances et se positionner pour des lois anti-blasphème ? Si oui, il est certain que je ne voudrais rien à voir avec. Et les théistes, ou ceux qui se disent agnostiques pour éviter de se dire théistes, iront grossir les effectifs des neo-humanists. Si non, je ne vois pas l’originalité du neo-humanism et quels avantages il pourrait offrir aux sans affiliation religieuse qui semblent être la cible de Kurtz.

L’opposition à cette mouture de l’humanisme semble être forte parmi les alliés de Kurtz qui ont vivement critiqué ses critiques de l’athéisme. On peut espérer que le neo-humanism s’étiolera rapidement mais que les objectifs politiques que Kurtz présente seront pris en charge par les humanises séculiers qui me semblent plus compétents pour les atteindre, malgré le fait qu’ils pourraient être moins nombreux. On peut espérer que le retrait récent de Kurtz des conseils d’administration des organisation qu’il a bâties, et avec la politique desquelles il semble actuellement en désaccord, est le signe que l’accommodationnisme recule et que les positionnements à venir seront plus nets, ne laissant pas de place pour des ‘solutions’ bâtardes, comme celle qui consiste à trouver un théiste notoire comme ‘fellow’ d’une organisation qui se veut sceptique…

  1. Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :