Neural basis of extraordinary empathy and altruistic motivation

Neural basis of extraordinary empathy and altruistic motivation

Vani A. Mathur, Tokiko Harada, Trixie Lipke and Joan Y. Chiao

NeuroImage, Article in Press, Corrected Proof doi:10.1016/j.neuroimage.2010.03.025


A central evolutionary challenge for social groups is uniting a heterogeneous set of individuals towards common goals. One means by which social groups form and endure is by endowing group members with extraordinary prosocial proclivities, such as ingroup love, towards other group members. Here we examined the neural basis of extraordinary empathy and altruistic motivation in African-American and Caucasian-American individuals using functional magnetic resonance imaging. Our results indicate that empathy for ingroup members is neurally distinct from empathy for humankind, more generally. People showed greater response within anterior cingulate cortex and bilateral insula when observing the suffering of others, but African-American individuals additionally recruit medial prefrontal cortex when observing the suffering of members of their own social group. Moreover, neural activity within medial prefrontal cortex in response to pain expressed by ingroup relative to outgroup members predicted greater empathy and altruistic motivation for one’s ingroup, suggesting that neurocognitive processes associated with self identity underlie extraordinary empathy and altruistic motivation for members of one’s own social group. Taken together, our findings reveal distinct neural mechanisms of empathy and altruistic motivation in an intergroup context and may serve as a foundation for future research investigating the neural bases of intergroup prosociality, more broadly construed.

, , , , , , , , , ,

  1. #1 par Samia le avril 28, 2010 - 3:54

    Fascinant. Merci d’avoir signalé ça. On imagine tout un tas d’interprétations possibles de ces résultats, comme par exemple l’idée qu’on puisse avoir un degré d’empathie plus important pour un in-group que l’on juge victime. Mais à ce stade c’est juste un tas de questions intéressantes sans réponse, de la science qui bouscule les neurones. Je me réjouis de voir où elles atterrissent.

  2. #2 par Merlin le zététicien des mèmes le mai 2, 2010 - 9:22

    Très intéressant !

    J’y reviendrai en essayant d’être plus complet, si j’en ai le temps.
    J’avais disparu de tes tablettes. Pas grave, je suis un druide zététicien des mèmes. Et même davantage…

    Neurones miroirs => empathie => réseaux sociaux privilégiés => ocytocine et phéromones spécifiques
    D’accord avec ce que suggère Samia. « Je suis le roi des fourmis, misanthrope et petit ». J’adore marcher sur le formica.

    Je suis victime : votez pour moi !

  3. #3 par thierry le mai 3, 2010 - 4:06

    J’adore quand la science se met à être réactionnaire. Construire la philosophie morale et la philosophie politique sur la psychologie évolutionniste ou sur les neurosciences risque de nous mettre dans quelques situations cocasses.

  4. #4 par Oldcola le mai 3, 2010 - 6:28

    Salut Thierry,
    On n’a probablement pas la même définition du mot réactionnaire, pourrais tu préciser ce que tu veux dire ?

    Je ne vois pas sur quoi d’autre on pourrait construire notre morale que notre perception du monde et je préfère de loin la perception que les disciplines scientifiques nous offrent. Moins risqué que les fantaisies religieuses par exemple, non ?

  5. #5 par Oldcola le mai 3, 2010 - 6:29

    Voté😉

  6. #6 par Oldcola le mai 3, 2010 - 6:33

    J’aimerais beaucoup voir ces manips reproduites à une échelle plus large.
    Je me demande si elles peuvent servir pour pister la définition du groupe lors de transgressions des règles sensées le définir🙂

  7. #7 par thierry le mai 3, 2010 - 7:03

    Ce qui me trouble (mais me convient parfaitement) c’est le décalage et l’opposition (d’où le mot de réactionnaire) entre :

    – le catéchisme social moderne et politique (qui celui-là n’a vraiment rien de religieux) qui tente de nous inculquer à grands coups de discours politiques culpabilisants des comportements altruistes, de solidarité indifférenciée ou d’absence de discrimination.

    – et les neurosciences ou la psychologie évolutionniste, sciences naïves au sens où elles ne s’embarrassent pas du politiquement correct et qui nous montrent tous les jours que, et ben non, discriminer, c’est normal, c’est même comme ça qu’on est foutus et que l’altruisme, c’est pas vraiment de l’altruisme mais plutôt une réciprocité coopérative quasi-contractuelle.

  8. #8 par Oldcola le mai 3, 2010 - 7:19

    J’aime bien cette contradiction, elle ne me convient pas simplement, je l’aime vraiment : d’un côté en tant que biologiste à chercher ce qui différencie sur le plan biologique, de l’autre côté veiller à ce qu’en droit il y ait égalité quelles que soient les différences biologiques.

    C’est le sens de ma réponse à Samia, je suis curieux de la définition du groupe auquel on applique l’égalité des droits et comment cette définition peut être altérée non pas en termes de discours mais en termes de physiologie établie par le discours. Et peut être voir comment le discours influence la physiologie.

    Ton usage du mot catéchisme fait remonter à son sens premier : posséder😉

  9. #9 par thierry le mai 3, 2010 - 7:59

    Ca relativise un certain discours pesant.

    L’égalité de droit, c’est très bien.

    Mais ces avancées scientifiques permettent de montrer les erreurs qui peuvent être commises en fondant une inégalité de droit qui vise l’égalité de fait (très clairement la discrimination positive, l’affirmative action) en s’opposant à la nature de chaque être humain qui a tendance à privilégier ceux qui lui ressemble, à discriminer.

  10. #10 par Merlin le zététicien des mèmes le mai 3, 2010 - 8:29

    Merci OC ! Si je suis élu jeudi, je penserai à toi pour t’occuper des rats qui longent la Tamise. De belles coupes se préparent pour essayer de comprendre comment aux aussi prennent plus facilement le parti Rive Gauche quand ils sont de ce côté de la berge.
    Comme pour ce grave problème qui pourrit le monde :

    http://www.reitzman.fr/silence-on-massacre.htm
    L’empathie se dirige naturellement vers les plus meurtris… mais qui entretient au fond toute cette animosité ? That is the question !

  11. #11 par Oldcola le mai 3, 2010 - 8:38

    J’ai le sentiment (et c’est vraiment une opinion que j’exprime là et peu documentée) que la majorité des discriminations positives visent à établir un équilibre que la discrimination négative empêche.

    Si elle a un intérêt autre qu’opérationnel pour ceux qui manqueraient d’opportunités à cause du climat social, c’est de laisser la passer les générations qui ont été imbibées par des idées qui sont jugées dorénavant inacceptables. C’est ce deuxième effet qui me paraît le plus intéressant.

    La question intéressante (pour moi bien sûr) est justement comment se construisent les frontières des groupes sociaux (ou même biologiques). Et pourquoi malgré leur apparente solidité elles sont perméables suivant l’angle d’attaque.
    Le même sombre connard (sur la base de ses opinions sur X) je pourrais le défendre bec et ongles face à un tiers qui l’attaquerait à propos de ses opinions sur Y.

    J’étais à l’instant en train de lire un post de PZ Myers où il prend la défense de Massimo Pigliucci, avec lequel il s’est fritté il n’y a pas longtemps, face à Carlin Romano.

    Pigliucci accuse Myers (et les Nouveaux Athées en tant que groupe en général) de rude. Romano accuse Pigliucci (et les scientifiques en général) de rude. Myers, de façon rude envers Romano, défend Pigliucci.
    Peut-être que ce dernier n’appréciera pas la façon dont Myers exprime son opinion au sujet de Romano…

  1. Tweets that mention Neural basis of extraordinary empathy and altruistic motivation « Coffee and Sci(ence) -- Topsy.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :