Comment les systèmes pondent : Une introduction à la mémétique – revue

clsp_im_pj.jpg Facilement 3,5/5.

Il s’agit bel et bien d’une introduction à la mémétique que nous offre Pascal Jouxtel. S’il ne rate pas une occasion pour souligner ses préférences il donne volontiers les points de vues des autres et brosse un tableau qui me manquait en lisant le livre de D. Guillo. C’est dommage que je ne les ai pas lu dans l’autre sens.

Il est clair que je ne suis pas le lecteur-type à qui Jouxtel s’adresse. J’aurais préféré un style d’écriture un peu plus formel, moins familier, plus concentré sur le sujet, qui est déjà suffisamment complexe sans ajouter des digressions diverses. Aux alentours de la page 20 je me demandais si j’allais le finir ce bouquin. Il s’avère que oui, et que je l’ai apprécié malgré tout.

Il y a plusieurs points qui m’ont fait faire la grimace, y compris ses créatures et l’idée des systèmes qui pondent. Il semble vouloir soigneusement éviter les analogies avec les objets biologiques mais il n’a pas grande retenue pour donner des exemples que l’on trouvera plus ou moins pertinents suivant la définition de mème que l’on souhaite adopter ou retenir pour aborder la mémétique en tant que domaine à part. Et quelques notions qu’il emprunte à la biologie ne sont malheureusement pas toujours bien posées. Heureusement , aucune ne semble centrale pour sa présentation et le message ne se trouve pas altéré.

Jouxtel est vraiment enthousiaste au sujet de la mémétique, tellement qu’il donne envie de lui souhaiter bonne chance même si on ne se sent pas intéressé par le sujet soi-même. Je ne sais pas si j’ai envie de lui reprocher un tendance un peu trop prononcée à essayer d’unifier les divers points de vue au sujet de la mémétique ou applaudir ses efforts pour une synthèse.
Par contre je vous invite à le lire, que ce soit par pure curiosité ou parce que le sujet vous intéresse vraiment.

  1. #1 par Jean-Pierre CRESPIN le avril 3, 2010 - 9:35

    Mes souvenirs du bouquin de Pascal datent un peu. J’avais bien aimé, surtout le style et la convivialité qui se dégageait de ce que peut bien appeler en effet une introduction à la mémétique. Pascal est un homme chaleureux et sympathique, lui. Je suis convaincu que vous vous entendriez bien tous les deux…

    Aujourd’hui*, Pascal confirme la posture méméticienne qu’il proposait déjà dans « Comment les Systèmes Pondent ? ».
    * Le 25 mars je crois…

    http://www.blog2com.com/?metiers2com

    PJ y évoque ces « choses » qui se reproduisent chez nous, entre nous. Rien à voir avec la chositude (« Selon John Duns Scot, une heccéité spécifique – chosité ou chositude – fonctionne comme principe d’individuation, par lequel une differentia individualis est exprimée »…) (°!*)

    http://chositude.over-blog.com/

    La créature culturelle jouxtélienne c’est ce ‘truc’ que nous faisons tous à un moment ou à un autre, comme coller un portable à son oreille ou jeter un coup d’oeil sur Facebook. C’est ce genre de réplicants qui évoluent (sans se soucier de nous et de notre temps de cerveau disponible) de manière darwinienne.
    Avec des lunettes spéciales , je vois Avatar en 3D : le relief et la profondeur de champ impressionnent mes rétines et mes aires visuelles.
    Pour la mémétique de Pascal, il suffit de chausser des lunettes qui ne nous font voir que les créatures culturelles en action, en dehors des êtres qui hébergent les mèmes qu’elles font se reproduire dans des instanciations récurrentes et en évolution permanente.
    Mais alors c’est quoi le super-organisme dont parlent Jean-Paul BAQUIAST ou Howard BLOOM ?

    http://philoscience.over-blog.com/categorie-360423.html

    Une association de mèmes, de créatures culturelles ou juste des réseaux de réseaux interconnectés qui communiquent, qui transmettent de l’information, avec les moyens que lui ont procuré l’évolution darwinienne (biologiquement), moyens sans doute modifiés aussi par la cohabitation gènes/culture ?

    Moi, je lui avais mis 4/5. En bon voltairien, je ne suis pas d’accord avec sa théorie mais j’apprécie qu’il l’ait exprimée : il faut bien que les systèmes pondent quand même. Tiens les Brights (non, l’Union Rationaliste) organise le 16 avril un colloque bien intéressant et Jean-Michel BESNIER y parlera de « La culture de l’émergence » :

    http://www.brightsfrance.org/forum/viewtopic.php?f=7&t=1431

    Je me tire pendant quelques semaines. Peut-être rencontrerai-je Richard DAWKINS ? Je lui demanderai dans ce cas quelques explications.

  2. #2 par Oldcola le avril 4, 2010 - 12:20

    Je viens de regarder la vidéo sur blog2com, elle renforce mon impression issue du livre.
    J’aimerais bien papoter un peu avec Jouxtel, si quelqu’un veut bien faire les présentations (suis timide😉 ), ou alors qu’on me passe son e-mail.

  3. #3 par Charles Mougel le avril 4, 2010 - 10:51

    Hello, une tite discut sur skype à 3 me dirait bien. Ayant suivi ton approche de la mémétique ces derniers mois, connaissant bien celle de Pascal, et me situant un peu entre vous deux, ça pourrait être très intéressant. Cela le serait d’autant plus, si tu réussissais à préciser tes impressions bizarres : à pointer plus précisément ce qui te chiffonne.

    Perso, je connais déjà ces objections :
    – ça se reproduit pas, car c’est pas identique. Ce à quoi je réponds en général, que je ne suis pas une copie de mes parents, et qu’il faut veiller comme en bio, à la distinction de type phéno/géno entre solutions et mèmes.
    – toutes les instances de manger un sandwich le midi, sont certes similaires, et partagent des mèmes communs… mais si je vois une personne manger un sandwich le lundi, et une autre en manger un le mardi, je ne peux dire que la première créature s’est reproduite pour donner la deuxième. Entièrement d’accord, tout comme en bio, on ne peut pas facilement dire qu’un écureuil et l’enfant de celui qu’on a vu il y a deux ans. S’il faut bosser un peu pour remonter les chaines causales, cela n’empêche pas la théorie de tenir.
    – pourquoi mettre l’humain de coté, et ne pas garder les bonnes vieilles notions de comportement, ou d’idée, de croyance, de symbole ? Justement parce que pour la première fois, on pourrait peut-être faire des liens entre tout ça. Mais aussi parce que cela permet d’introduire les comportements collectifs, tels que jouer une partie d’un jeu.
    – parler de vivant non biologique est un non-sens absolu. ça peut se discuter, mais le plus important c’est de causer de la similarité sous-entendue de certaines propriétés, plutôt que de petites cases « vivant ou pas ». Par exemple, en passant par la probabilité de reproduction d’un événement donné, lié à au même type d’évènement l’ayant précédé.

    PS : le mail de Pascal Jouxtel est dispo sur le site memetique.org, le lien direct pour aller plus vite : http://www.memetique.org/qui/contact/contact.php (si ma mémoire est bonne, il te faudra confirmer ton humanité lors du premier contact)

  4. #4 par Oldcola le avril 5, 2010 - 12:00

    On va essayer d’arranger une cyber-rencontre alors. Je passe backstage pour.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :