JTF & B d’E

Si on cherchait des indices indirects de l’approche foireuse de la John Templeton Foundation, on peut regarder qui a obtenu leur grand prix cette année : Bernard d’Espagnat 😀

Si on cherchait des indices indirects de l’approche foireuse de Bernard d’Espagnat, on peut regarder qui lui a attribué son grand prix cette année : la John Templeton Foundation re- 😀

Ca se mord la queue. Franchement hilarant, non ?

Une façon comme une autre, pour la John Templeton Foundation, pour injecter de l’argent à l’environnement de l’Université Interdisciplinaire de Paris pour soutenir le néo-créationnisme en Europe.

Via

Publicités

,

  1. #1 par jean staune le mars 17, 2009 - 9:55

    Intervention de Jean Staune
    lors du dîner en l’honneur de Bernard d’Espagnat
    Paris le 16 mars 2009 ( extraits)

    Quand Jack Templeton m’a informé que ma nomination de Bernard d’Espagnat pour le prix Templeton 2009 avait été couronnée de succès, je dois dire que ce fut une des grandes joies de ma vie et cela pour deux raisons. (…)

    Que démontre-t il ? Et bien la fausseté d’abord de la vision mécaniste du monde. Celle d’un monde qui serait composé de petits points matériels qui seraient mis en action grâce à un certain nombre de forces.
    Cette fausseté du mécanicisme s’accompagne de la fausseté d’un autre postulat de base que l’on va appeler le séparationisme. C’est le fait que ce qui se passe ici dans certaines conditions ne peut pas avoir d’influence là-bas.
    Les expériences dites d’intrication ou de non séparabilité nous montrent une vision globale, holistique, dans laquelle justement, (dans des conditions bien particulières, bien sûres) ce qui se passe ici peut avoir des influences là-bas.
    Dans laquelle deux objets pourtant séparés par des dizaines de kilomètres doivent être conçus comme un seul et unique objet relié au-delà de notre espace temps.
    « L’idée que le monde est constitué d’objets localisés et dont l’existence ne dépend pas de la conscience humaine s’avère être incompatible avec certaines prédictions de la mécanique quantique et avec des faits aujourd’hui établis par l’expérience. »
    La dernière grande conclusion c’est que le monde dans lequel nous vivons, ce monde immergé dans le temps, l’espace et la matière, ne s’explique pas uniquement par lui-même, ne se suffit pas à lui-même, ne peut pas être sa propre cause.
    « La science ne nous donne pas authentiquement accès au Réel au sens ontologique du mot, mais seulement aux liens entre phénomènes. Relativement à notre réalité empirique courante, celle, précisément, des phénomènes, le Réel en soi – ou « ontologique » – ne peut donc plus être pensé que comme une sorte de surréel non-connaissable tel qu’il est »
    Ce qui est très important c’est que Bernard d’Espagnat ne présente pas ici des idées mais bien des faits qu’il prétend être démontrés par la connaissance que la physique nous donne du réel.
    Cette réfutation du mécanicisme, cette preuve du caractère holistique, global ou non-séparable du monde et cette preuve du caractère non-ontologique du niveau de réalité où nous vivons est fourni par la science, selon Bernard d’Espagnat et non par la philosophie. Ainsi la science ne saurait prouver une philosophie particulière, mais elle réfute de très nombreuses philosophies.
    Pas seulement celles qui sont basées sur un univers qui aurait 10 000 ans et qui serait au centre du monde mais aussi toutes celles qui seraient basées sur les conceptions matérialistes classiques. Cela n’interdit pas toute forme de matérialisme, mais rend le matérialisme beaucoup plus difficile à penser.

  2. #2 par Oldcola le mars 17, 2009 - 10:25

    Ce qui est très important c’est que Bernard d’Espagnat ne présente pas ici des idées mais bien des faits qu’il prétend être démontrés par la connaissance que la physique nous donne du réel.

    Il prétend mais il a du mal à démontrer. Tout comme toi avec tes thèses scentifiques, n’est-ce pas ?

    Ce qui est rendu difficile à penser est que d’Espagnat soit sérieux. C’est vrai que je l’ai cru sérieux pendant longtemps. Il m’arrive de me tromper, n’est-ce pas ?
    Remember Milton Keynes 🙂

  3. #3 par Oldcola le mars 17, 2009 - 10:29

    Remember Jack Templeton tant qu’on y est 😀
    Ca fait JTjunior

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :