réductionniste fondamentaliste hein ?

Le papier de Carl Woese, qui a été apparemment l’étincelle qui a allumé une polémique qui ne semble pas prendre, est excellent de plusieurs points de vue mais incomplet du point de vue du biologiste moléculaire, qui est un peu moins réductionniste que ce que Woese et autres semblent penser. Je ne sais pas à quoi attribuer cette appréciation foireuse de la biologie moléculaire, qui finit par donner une image de techniciens bornés à vision réduite, mais je compte bien défendre la biologie moléculaire, si elle a besoin d’une défense quelconque. Au moins argumenter pour montrer que la vision que Woese propage est partielle et donc erronée.

Je n’ai pas de plan précis en tête pour l’instant, je pense qu’il va émerger au fur et à mesure du développement de l’argument, mais il sera construit au moins autour de deux points principaux. Le besoin de ces réductionnistes fondamentalistes d’avoir des visions globales et de disposer d’outils qui leur permettent d’explorer la variance du vivant, non pas seulement celle disponible mais aussi (et surtout) celle potentielle. Un troisième aspect étant celui de l’apport de la technologie nécessaire à d’autres domaines de la biologie, en forçant peut-être un peu on pourrait dire à tous les autres domaines de la biologie.

Le tout sera saucé des bénéfices tirés du travail des réductionnistes fondamentalistes permettant de tenir des discours comme celui de Woese, ou des plus complets, qui dans certains cas ne se limitent pas à exposer les problèmes auxquels on fait face mais aboutissent à des actions, qui en dehors de leur applications pratiques se proposent de fondamentalement modifier notre façon de faire de la biologie.

Avant de commencer la série, je vais ajouter la référence de quelques papiers qui me semblent être indicatifs d’une vision globale de ces réductionnistes fondamentalistes de biologistes moléculaires. Je noterai la série avec le tag BMRF, pour biologistes moléculaires réductionnistes fondamentalistes, le terme ayant été suffisamment fort pour que Tom le reprenne dans son post.

Publicités

  1. #1 par coincoin le juin 29, 2008 - 9:56

    Boarf ! Woese n’a même pas été imaginatif sur ce coup-là, il s’est contenté de reprendre la trouvaille rhétorique de Stephen Jay Gould avec les darwiniens fondamentalistes… L’analogue du point Godwin en biologie, c’est sans doute le moment où les adversaires se mettent à se traiter mutuellement de créationnistes ? 😉

  2. #2 par Oldcola le juin 30, 2008 - 11:43

    🙂
    En page 3 (175, ‘Synthesis’ ) Woese note qu’il est en train de peindre un tableau en blanc et noir. C’est à mon avis dommage qu’il ne distingue pas dans les nuances qu’il tue ce qui me semble contredit de façon flagrante son opinion.

    En relisant son papier, je suis frappé par le fait qu’il propose une nouvelle façon de voir la biologie, mais sans dire clairement en quoi elle est nouvelle. Je pense avoir suffisamment d’exemples pour montrer qu’elle est banale, au moins chez les réductionnistes fondamentalistes.

    Prochaine étape, évolution in vitro.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :